Le cancer colorectal

La santé colorectal
Le cancer colorectal

Le cancer colorectal (appelé ainsi parce qu’il s’attaque au rectum ou au côlon, soit dans la région du « gros intestin ») est un des cancers les plus répandus dans le monde. Au Québec, il s’agit de la deuxième cause de décès par cancer, autant pour les hommes que pour les femmes. Plusieurs personnalités publiques s’en sont vues atteintes, telles que Soeur Angèle, George Thurston (Boule Noire) ou Pat Burns.

Symptômes

Le cancer colorectal connaît d’habitude une lente progression; il se peut que ses symptômes ne soient pas ressentis. S’ils le sont, ils peuvent prendre notamment être perçus lors d’un changement dans les habitudes intestinales, notamment par l’apparition de diarrhées ou de constipations.

Les personnes atteintes de ce cancer peuvent également ressentir des douleurs ou des malaises abdominaux, tels que des maux de ventre, des gaz ou des ballonnements.

La présence de sang, soit dans les selles (selles noires ou rouge vif) ou par un saignement après l’évacuation des selles, constitue également un signe d’apparition du cancer colorectal.

Une perte de poids inexpliquée et le sentiment d’être constamment fatigué constituent également des signaux à ne pas négliger.

Si vous éprouvez ces symptômes, il est important de savoir que vous n’êtes pas nécessairement atteint du cancer colorectal. Ces manifestations peuvent être liées à des problèmes de santé divers. Veuillez alors consulter un médecin pour toute clarification.

Personnes à risque

Il existe deux catégories de personnes pouvant être atteintes du cancer colorectal:

  • Risque moyen

Toute personne dans la cinquantaine, homme ou femme, peut risquer d’avoir un cancer colorectal, l’âge étant le plus grand facteur de risque.

  • Risque plus élevé

À n’importe quel âge, une personne peut avoir plus de risques que d’autres d’être atteint d’un cancer colorectal, notamment à cause des antécédents familiaux, ou si une personne dans sa famille proche (père, mère, frère, soeur) en a déjà été atteint.

La présence existante de polypes colorectaux peut également être un facteur pouvant augmenter les risques. Les personnes ayant des maladies des intestins, comme la maladie de Crohn, ou des maladies héréditaires, comme la polype adénomateuse familiale, peuvent également en être touché.

Comment prévenir un cancer colorectal?

Selon la recherche scientifique, une alimentation à base de fibres, de calcium, de fruits et de légumes peut possiblement réduire les risques de cancer. D’ailleurs, il est également conseillé de choisir des céréales à grains entiers.

La consommation de viande rouge et de charcuterie est à limiter, tout comme le tabac et l’alcool.

L’exercice régulier, soit à base de 30 minutes d’activité physique à intensité moyenne et élevée peut également aider.

Pour plus amples questions sur le cancer colorectal, vous pouvez bien sûr joindre votre spécialiste de la clinique médicale 1037 qui pourra vous répondre selon votre condition.[vc_empty_space height= »10px »]

1037, rue Saint-Denis
Bureau 201, H2X 3H9 - Montréal, QC

514.564.7458 - 1.855-643.2656
info@clinique-1037.com