Syndrome du colon irritable : Conseils et prévention

Syndrome du colon irritable

Le syndrome du côlon irritable (SCI), également connu sous le nom de syndrome de l’intestin irritable, est une affection de l’intestin qui est grandement répandue au Canada. En effet, selon les données de la Fondation canadienne de la Santé digestive, ce sont 5 millions de Canadiens qui en souffriraient et jusqu’à 120 000 personnes développent l’affection chaque année au pays.

Le syndrome du côlon irritable est un trouble digestif qui, heureusement, n’est pas susceptible d’entrainer de graves complications ou d’évoluer vers un état plus grave comme le cancer colorectal. Toutefois, la gravité des symptômes entrainés peut grandement varier, aussi bien que chez certains individus, le SCI provoque des crises qui peuvent grandement gêner le déroulement des activités quotidiennes à l’école ou au travail.

Apprenons-en davantage sur les effets du syndrome du côlon irritable ainsi que sur les façons dont on peut les prévenir !

Qu’est-ce qui cause le syndrome du colon irritable ?

Les causes exactes du SCI restent malheureusement floues. Toutefois, les experts s’entendent sur le fait que le syndrome est souvent causé par une maladie ou un évènement qui est venu perturber l’équilibre de la flore intestinale, c’est-à-dire des bactéries qui peuplent notre intestin et qui participent à la digestion. Plusieurs facteurs peuvent perturber cet équilibre, notamment une infection gastro-intestinale, une intoxication alimentaire, un changement apporté au régime ou bien la prise d’antibiotiques.

Chez la majorité des individus, le SCI se manifeste au début de l’âge adulte ou à l’adolescence. De plus, les femmes sont davantage touchées par le syndrome que les hommes, de même que ceux qui ont des antécédents familiaux, c’est-à-dire lorsque des membres de la famille immédiate souffrent aussi du SCI.

Les symptômes du SCI

Le syndrome provoque, dans la majorité des cas, deux symptômes principaux, soit :

  • Des crampes abdominales : De vives douleurs abdominales sont ressenties par les individus atteints du SCI, souvent par épisodes plus ou moins intenses. Ces douleurs s’intensifient généralement au cours de la journée et tendent à diminuer lorsque la personne va à la selle ;
  • La perturbation du transit : Les individus peuvent être constipés, soit aller à la selle 3 fois ou moins par semaine et avoir des selles difficiles à expulser. Ils peuvent aussi avoir des diarrhées, c’est-à-dire des selles sous forme liquide au moins 3 fois par jour. Le SCI peut aussi causer des périodes de constipation, entrecoupées de périodes de diarrhées.

Le syndrome peut également entrainer d’autres malaises gastriques comme des gaz, des ballonnements, des brulures d’estomac, des nausées ou donner l’impression de ne pas complètement avoir fait ses besoins, même directement après être allé à la selle.

Comment prévenir le SCI ?

Plusieurs changements peuvent être apportés au mode de vie des individus aux prises avec le SCI afin de minimiser l’impact de l’affection sur la santé digestive. Voici les conseils de nos médecins :

Prendre son stress en main

Le stress a de très mauvais effets sur la digestion et sur le bon fonctionnement de l’intestin. Ainsi, il est primordial de réduire son niveau de stress lorsqu’on a le SCI afin d’éviter d’aggraver les symptômes. Le yoga et la méditation sont d’excellentes activités à pratiquer pour se détendre, de même que la plupart des activités physiques.

Être actif

Le sport encourage le mouvement naturel du côlon, permettant ainsi de régulariser le transit. Pratiquer une activité physique quotidiennement, à raison de périodes de 30 minutes, encourage la régularité. Le jogging, le vélo, la natation, le conditionnement physique et l’aérobie, pour ne nommer que celles-ci, sont toutes de bonnes options. Choisissez une activité qui vous plaît !

Dormir suffisamment

Adopter un cycle de sommeil régulier, en se couchant et en se levant toujours aux mêmes heures, encourage une digestion régulière. Surtout, il est important de dormir suffisamment lorsqu’on souffre du SCI, car la fatigue aggrave l’intensité des symptômes.

Surveiller son alimentation

Plusieurs changements peuvent être apportés à l’alimentation lorsqu’on souffre du SCI pour minimiser l’intensité des symptômes. Premièrement, il faut éviter les fibres insolubles (céréales entières, noix, graines, fruits et légumes crus, etc.), car elles peuvent provoquer des diarrhées. Il vaut mieux privilégier les fibres solubles (avoine, céréales blanches, certains fruits et légumes), car elles permettent d’améliorer la régularité des selles. De plus, il faut éviter les matières grasses, l’alcool, le café, les aliments acides (agrumes, tomates, etc.) et les plats épicés.

Le SCI est une affection dont il est possible de prévenir les symptômes. En mettant en pratique les conseils présentés dans cet article, vous pourrez réduire l’incidence du syndrome sur votre santé et sur la réalisation de vos activités quotidiennes.

Vous voulez savoir si vous souffrez du SCI ou encore vous désirez obtenir davantage de conseils personnalisés pour diminuer l’intensité de vos symptômes ? L’équipe de la Clinique 1037 à Montréal se fera un plaisir de vous recevoir pour que vous puissiez obtenir des réponses à vos questions !

1037, rue Saint-Denis
Bureau 201, H2X 3H9 - Montréal, QC

514.564.7458 - 1.855-643.2656
info@clinique-1037.com